Pourquoi une collectivité territoriale doit-elle désigner un CIL ?

Pourquoi une collectivité territoriale doit-elle désigner un CIL ?

A l’heure des objets connectés et de la vidéoprotection, à l’heure des « Smart Cities » ou « villes numériques » visant à la participation active des citoyens à la vie de la cité, à l’heure du tout numérique et des procédures administratives dématérialisées, la politique de protection des données personnelles mises en œuvre par les collectivités publiques ne peut plus être un sujet annexe.

Pourtant, cette problématique n’apparaît pas encore comme une priorité. Le budget dévolu à la sécurité des systèmes informatiques n’évolue pas ou très faiblement pour la majorité des communes alors même que les données affluent de plus en plus. Par ailleurs, les collectivités sont encore peu nombreuses à avoir nommé un correspondant Informatique et Libertés (futur « délégué à la protection des données » selon le Règlement européen). Une carte publiée par la CNIL indique en effet qu’en 2015, seules 650 collectivités locales sur 36700 en avaient un[1].

Les communes, et à leur tête les maires, sont peut-être encore peu au fait des risques qui pèsent en cas de violation de leur part de la loi Informatique et Libertés. C’est pourtant une raison de mise en cause de la responsabilité pénale du maire (5 ans d’emprisonnement, 300 000 euros d’amende). La CNIL prend d’ailleurs très au sérieux le respect de la loi Informatique et Libertés par les personnes publiques. Sa politique de contrôles pour l’année 2015 annonçait ainsi le contrôle des « Outils de mesure de fréquentation des lieux publics » dont beaucoup de collectivités se dotent aujourd’hui afin d’optimiser l’espace. Une étude des avertissements de la CNIL montre d’ailleurs que les collectivités territoriales ne font pas exception aux contrôles. Un exemple parmi d’autres concerne un avertissement adressé par la CNIL à une commune le 9 avril 2015, en raison d’un fichier relatif à la gestion des inscriptions scolaires, dont les données collectées étaient inadéquates, non pertinentes et excessives. Les citoyens étant de plus en plus formés à la problématique des données personnelles, leurs attentes dans ce domaine vont aller grandissantes. L’impact de tels avertissements pour les communes et in fine leurs élus, au-delà même des risques pénaux, peut être destructeur en termes de communication et de confiance.

Ces différentes raisons vont nécessairement amener des évolutions et une prise de conscience.

L’une de ces évolutions va même être imposée puisqu’à compter du 25 mai 2018, jour de l’entrée en vigueur du Règlement européen sur les données personnelles, la nomination d’un délégué à la protection des données (ex-« CIL ») sera rendue obligatoire dans chaque « autorité publique » ou « organisme public »[2].

Mais sans attendre mai 2018, la nomination d’un CIL dès aujourd’hui revêt de nombreux atouts.

Le CIL permet en effet au responsable du traitement, en l’occurrence le Maire dans une commune, ou le président de l’établissement public de coopération intercommunale (par ex. communauté de communes) d’être accompagné notamment lors de la mise en place de nouveaux traitements de données et de la modification des traitements existants. Or ces derniers sont particulièrement nombreux dans une collectivité et peuvent revêtir des questions juridiques complexes. Le traitement de certaines données sensibles nécessite en effet des demandes d’avis ou d’autorisation auprès de la CNIL. Parmi ces données, se trouvent les données relatives aux infractions et aux condamnations, qui intéressent la police municipale, les données biométriques, les appréciations sur les difficultés sociales des personnes (fichiers des centres communaux d’action sociale,…). Une autorisation est encore nécessaire à chaque fois que la collectivité procède à une interconnexion de fichiers dont les finalités sont différentes. Ces interconnexions sont pourtant amenées à être de plus en plus souvent effectuées, en raison des applications gérées par les collectivités et des objets connectés.

Le CIL permet aussi, toujours dans sa mission d’accompagnement, de procéder à la mise en conformité si des demandes d’avis ou d’autorisation n’ont pas été pas été effectuées ou irrégulièrement effectuées, si la sécurité informatique est insuffisante (absence de PSSI et de matrice d’habilitation, mesures techniques et de protection des données insuffisantes, etc.) ou si des recommandations n’ont respectées. Les règles de protection de données personnelles concernent l’ensemble des traitements de données, que ces données soient relatives au personnel interne à la collectivité ou aux administrés. Ainsi par exemple, alors que les exigences en termes de sécurité des citoyens sont de plus en plus fortes, un système de vidéo protection ne peut être installé sans respect des recommandations de la CNIL[3] en veillant en particulier à la proportionnalité du dispositif déployé. La CNIL contrôle aussi les dispositifs en ligne des collectivités (sites internet, applications, téléservices,…). Ces contrôles en ligne ont ainsi montré que plus de 60% des communes ne sécurisent pas l’espace dédié à la dématérialisation des demandes d’actes d’état civil. Cette mise en conformité peut être accompagnée d’une sensibilisation des agents qui ont accès au traitement des données aux problématiques juridiques liées à ces traitements afin de limiter les risques.

Enfin, la nomination d’un CIL permet à la collectivité d’innover dans le respect de la loi. La demande des citoyens est forte de bénéficier de services en ligne (dématérialisation). A court terme, la grande majorité des communes disposera de son application afin de communiquer des informations et de connaître plus finement les attentes des habitants. Le CIL peut avoir pour rôle de vérifier, en amont, que ces outils respectent les règles en matière de données personnelles et de garantir aux élus une innovation respectueuse des règles légales. Ce service du CIL sera particulièrement précieux à compter de l’entrée en vigueur du Règlement européen qui impose lors de la mise en place d’innovations pouvant créer des risques en matière de protection des données personnelles la réalisation, avant tout développement, d’une analyse d’impact[4]. Pour la réaliser, le recours à un spécialiste sera, en pratique, nécessaire.

Le CIL peut être nommé en interne[5] ou être un prestataire externe. La loi n’est actuellement pas très exigeante puisqu’il faut simplement que la personne nommée dispose des « qualifications requises », sans qu’aucune précision ne soit apportée sur ce point. Or, le Règlement est bien plus précis et impose que le CIL soit désigné « sur la base de ses qualités professionnelles et, en particulier, de ses connaissances spécialisées du droit et des pratiques en matière de protection des données (…) »[6]. Les connaissances juridiques et l’indépendance statutaire de l’avocat praticien du droit des nouvelles technologies, qui peut être CIL depuis 2009, le désigne tout naturellement pour accomplir une telle mission. Plusieurs collectivités ou un groupement de collectivités (Par ex. communautés de communes) peuvent, au demeurant, désigner un CIL mutualisé qui peut être un CIL externe.

Avec la participation d’Hubert de Ségonzac, Avocat et CIL

[1] Gazette des communes, 4 septembre 2015, Protection des données personnelles : y a-t-il un CIL près de chez vous ?

[2] Article 37.

[3] Délibération n°94-056 du 21 juin 1994.

[4] Article 35.

[5] Le CIL est obligatoirement nommé en interne lorsque plus de 50 personnes sont chargés de la mise en œuvre des traitements ou y ont accès. L’entrée en vigueur marquera l’abandon de ce critère et la possibilité de recourir à un CIL externe dans tous les cas.

[6] Article 37.

Comments are closed.