Articles

La question du contrôle de l’activité des télétravailleurs par des outils logiciels de n’est pas une question nouvelle : la cybersurveillance sur les lieux de travail avait déjà donné lieu à un rapport de la CNIL en 2002[1]. Dans le dernier rapport de la CNIL (sur l’activité en 2019), on relève notamment que 10% des plaintes à la CNIL concernent la surveillance des salariés

En France, le contrôle de l’activité des salariés est un droit de l’employeur qui découle de son pouvoir de direction. Cette règle a été affirmée à de multiples reprises par la Cour de Cassation.

Ce droit n’est pas sans limite, bien entendu. Il est limité par les droits et libertés des salariés tels qu’ils sont prévus par le code du travail, la loi informatique et liberté et depuis le 25 mai 2018 par le Règlement Général sur la Protection des Données ou RGPD, ainsi que par des droits fondamentaux, dont l’article 9 du code civil, relatif à la protection de l’intimité de la vie privée. Comme le rappelle fréquemment la Cour de cassation, le salarié a droit, même au temps et au lieu de travail, au respect de l’intimité de sa vie privée. Il convient donc, dans chaque situation, de rechercher un équilibre entre, d’une part, l’exercice, par l’employeur, de son droit de contrôle et, d’autre part, l’exercice, par les salariés, de leurs droits et libertés.

Le confinement mis en place dans le cadre du plan de lutte contre la COVID-19 a été à l’origine d’un passage massif et inédit au télétravail à domicile. le code du travail permettant à l’employeur d’imposer, en cas de risque épidémique, le télétravail aux salariés dont les fonctions permettent le télétravail. Certaines entreprises ont pu craindre que ce passage un peu précipité au télétravail n’engendre une sorte de décrochage des salariés ou, en tout cas, une baisse de productivité ou, de manière plus générale, un non-respect, par les salariés, de leurs obligations contractuelles.

Il convient de conserver présent à l’esprit que le télétravail ne modifie pas, en principe, les obligations des salariés en ce qui concerne leur temps de travail ; cela suppose, d’ailleurs, que l’employeur définisse très clairement les plages horaires pendant lesquelles le salarié est disponible afin qu’il puisse respecter son droit à la déconnexion.

Dans ce contexte, certains employeurs ont pu être tenté, tout d’abord, d’utiliser les fonctionnalités des outils de visioconférence… en contrôlant, par exemple, la présence des salariés à leur poste au moyen de leur webcam ou en enregistrant la totalité des échanges pendant les sessions de visioconférence. Mais d’autres employeurs ont pu souhaiter aller plus loin, en utilisant des outils permettant d’exercer à distance une surveillance plus approfondie.

Il existe différents outils comme TERAMIND, INTERGUARD, ACTIVETRAK, qui permettent d’analyser avec beaucoup de précision la pratiquement totalité des opérations de traitement effectuées au moyen de l’ordinateur utilisé par le salarié dans le cadre du télétravail à domicile, qu’il s’agisse d’un ordinateur mis à disposition par l’employeur ou de l’ordinateur personnel du salarié. Ces outils dit de « monitoring » ont, semble-t-il, été assez largement utilisés par les entreprises… si l’on en croit les déclarations des éditeurs eux-mêmes.

Quelles sont les conditions de légalité, en France, de l’utilisation de ces outils ?

Tout d’abord il faut écarter l’idée selon laquelle l’utilisation de ces outils serait par principe, de manière générale, légale ou illégale. Ce ne sont que des outils, dont l’utilisation doit être adaptée et proportionnée à la nécessité de contrôler l’activité à distance des salariés, que ce soit pour des raisons tenant à la sécurité des données (qui dépend de la nature des données elles-mêmes) ou pour contrôler la productivité et/ou la performance des salariés.

Si on raisonne globalement, indépendamment de chaque cas particulier, quelles sont les conditions à respecter pour que l’utilisation de ces outils reste dans les limites de la légalité ?

Premièrement, leur utilisation doit être parfaitement transparente, c’est-à-dire qu’elle doit donner lieu à une information individuelle, de chaque salarié[2], et collective – c’est-à-dire qu’il convient d’informer et de consulter le comité social économique… Cette exigence de transparence résulte à la fois du code du travail, de la LIL et RGPD.

Au regard de la jurisprudence de la Cour de cassation en matière sociale, les salariés doivent être informés des périodes pendant lesquelles ils sont susceptibles d’être écoutés ou enregistrés.

Deuxièmement, s’agissant d’un traitement de données ayant pour but la surveillance des salariés, ce traitement doit doit être licite[3] c’est-à-dire fondé sur une base légale valable au sens du RGPD. On considère que le salarié se trouve dans une situation de dépendance qui exclut le consentement comme une base légale valable, celui-ci ne pouvant être considéré comme libre. La base légale de ce traitement ayant pour but la surveillance des salariés et/ou la protection des données peut être :

  • l’exécution du contrat de travail
  • ou (plus fréquemment) l’intérêt légitime… pour autant que, dans ce dernier cas, les droits et libertés du salarié ne soient pas supérieurs à l’intérêt de l’entreprise, ce qui s’apprécie au cas par cas.

Troisièmementet c’est peut-être la condition que la plus délicate à réunir – ce traitement doit respecter le principe de minimisation selon lequel l’entreprise, le responsable de traitement, ne doit collecter et traiter que des données personnelles strictement nécessaires… L’on voit bien que si l’on utilise toutes les fonctionnalités d’un outil de monitoring[4], il y a un risque assez important de collecte excessive de données, peu important que les autres conditions aient été respectées.

Quatrièmementet c’est justement la question de l’appréciation du risque pour les droits et libertés des salariés – dès lors qu’il s’agit d’un traitement qui conduit à une surveillance systématique des personnes concernées, considérées comme « vulnérables » dans la mesure où elles sont dans un état de dépendance, le RGPD, tel qu’il est interprété par la CNIL, impose la réalisation d’une étude d’impact sur la vie privée[5]. Même si le passage au télétravail à domicile a été précipité le 17 mars dernier, les employeurs auraient dû, le plus tôt possible, réaliser cette étude d’impact avant de mettre en œuvre la surveillance à distance. La CNIL met du reste à disposition un outil gratuit en ligne, dénommé outil PIA, dont une nouvelle version a été publiée au mois d’avril.

Cinquièmement, les données collectées dans le cadre du « monitoring » ou de ce que l’on dénommait la cybersurveillance ne peuvent être conservées longtemps. Rappelons que les données de vidéosurveillance – avec une finalité assez proche – ne peuvent être conservées, sauf procédure contentieuse ou disciplinaire, que 30 jours.

Sauf texte imposant une durée spécifique ou justification particulière, la CNIL considère, par exemple, que les enregistrements peuvent être conservés jusqu’à six mois au maximum. Les documents d’analyse peuvent quant à eux être conservés jusqu’à un an.

Sixièmement, s’il y a un délégué à la protection des données, celui-ci doit être associé à la mise en œuvre des écoutes ou des enregistrements des appels ou, plus généralement, du dispositif de surveillance (CNIL).

Septièmement, il faut savoir que les salariés qui télétravaillent à domicile disposent, dans certains cas, d’un doit spécifique d’opposition au traitement.

C’est-à-dire lorsque que :

  • la surveillance ne peut être considérée comme nécessaire à l’exécution du contrat… en d’autres termes qu’elle est fondée sur l’intérêt légitime de l’entreprise,
  • que le traitement est susceptible de conduire à une décision fondée exclusivement sur un traitement automatisé produisant des effets juridiques ou l’affectant de manière significative de façon similaire (cas de scoring ou de profilage ayant des conséquences directes, sans appréciation humaine, sur la rémunération ou la carrière)[6].

Huitièmement, le dispositif mis en place ne doit pas porter atteinte au secret des correspondances (analyse des messages d’une boîte à lettre électronique personnelle distincte de la messagerie professionnelle dont la salariée disposait pour les besoins de son activité)[7].

CAS PARTICULIERS

Certains usages sont invalidés par la CNIL.

L’employeur ne peut pas mettre en place un dispositif d’écoute ou d’enregistrement permanent ou systématique, sauf texte légal (par exemple pour les services d’urgence).

Ainsi, la CNIL considère que quelle que soit la finalité poursuivie, une capture d’écran est susceptible de n’être ni pertinente ni proportionnée puisqu’il s’agit d’une image figée d’une action isolée de l’employé, qui ne reflète pas fidèlement son travail.

La CNIL considère également que compte tenu des impacts et risques de détournement et de surveillance associés à ces dispositifs, le couplage des enregistrements téléphoniques avec l’image (capture d’écran ou vidéo) des actions de l’employé est disproportionné lorsqu’il est utilisé pour d’autres finalités que la formation, telles que l’évaluation du personnel, la lutte contre la fraude interne, etc. L’employeur doit alors utiliser des moyens alternatifs à ce type de dispositif.

Par ailleurs, l’écoute en temps réel et l’enregistrement sonore des appels sur le lieu de travail peuvent être réalisés en cas de nécessité reconnue et doivent être proportionnés aux objectifs poursuivis (par ex. formation).

Pascal ALIX, avocat à la Cour, DPO externe, lead auditor (certification EUROPRIVACY – RGPD)

[1] le 11 février 2002

[2] Article L. 1222-4 CT : Aucune information concernant personnellement un salarié ne peut être collectée par un dispositif qui n’a pas été porté préalablement à sa connaissance.

[3] Au sens de l’article 6 du RGPD

[4] Monitoring de l’usage des logiciels et des applications (lesquelles, combien de temps, etc.), de la navigation sur le réseau internet (quel site – typologie, pro/non-pro, etc.) de l’utilisation de la messagerie (combien d’e-mail, quels destinataires, etc.) quels documents ont été scannés et imprimés, l’utilisation des réseaux sociaux (temps, etc.), jusqu’à l’enregistrement de la frappe sur le clavier et à l’enregistrement avec une fréquence déterminée des écrans affiché par le moniteur ou de la voix.

[5] Article 35 du RGPD

[6] Article 22 du RGPD

[7] Cour de cassation, chambre sociale, 23 octobre 2019, pourvoi n° 17-28448

Lire la suite

Le cabinet propose, en partenariat avec l’organisme de formation Elegia, une journée sur la mise en conformité des contrats au RGPD. Cette journée se tiendra le 9 novembre 2020. La formation aura lieu exceptionnellement en ligne.

Lire la suite

Pour la quatrième année consécutive, le cabinet est classé par le magazine Décideurs parmi les meilleurs cabinets d’avocats français dans la catégorie « Nouvelles technologies – Données personnelles », dans la rubrique « Forte Notoriété -1″.

Lire la suite

Pour la troisième année consécutive, le cabinet est classé par le magazine Décideurs parmi les meilleurs cabinets d’avocats français dans la catégorie « Nouvelles technologies – Données personnelles », dans la rubrique « Forte Notoriété -1″.

Lire la suite

Une nouvelle délibération[1] de la CNIL permet de souligner l’importance de veiller à la sécurité des données lorsque l’on en confie le traitement, totalement ou partiellement, à un sous-traitant.

La société sanctionnée, Darty, utilisait un logiciel développé par la société EPTICA pour sa gestion des demandes de service après-vente. Informée par un éditeur de site internet spécialisé dans la sécurité des systèmes d’information d’une violation de données à caractère personnel, la CNIL a réalisé un contrôle en ligne le 2 mars 2017, puis un contrôle sur place le 15 mars 2017. Elle a pu observer à cette occasion que l’URL à partir de laquelle les clients peuvent déposer leur demande de service après-vente permettait d’accéder très facilement à 912 938 fiches, en modifiant simplement le numéro d’identifiant présent dans l’URL. Les données accessibles sur ces fiches sont les noms, prénoms, adresse postale et électronique ainsi que les commandes effectuées.

Cette délibération permet de faire un rappel de la différence entre responsable de traitement et sous-traitant et de mettre une nouvelle fois en lumière l’importance pour le responsable de traitement de veiller scrupuleusement sur les traitements confiés au sous-traitant.

I- Définition du responsable de traitement

Est responsable de traitement, selon l’article 3 de la loi Informatique et Libertés modifiée, « (…) la personne, l’autorité publique, le service ou l’organisme qui détermine ses finalités et ses moyens ». Darty a fait valoir qu’elle n’avait jamais demandé la création de l’URL viciée à son sous-traitant. Ce développement n’apparaît d’ailleurs pas dans le cahier des charges de la mission confiée au sous-traitant. Darty indiquait de plus ne jamais utiliser cette URL car elle disposait de son propre formulaire de collecte sur son site internet.

Ainsi, pour Darty, c’était le sous-traitant seul qui avait déterminé les moyens du traitement, en créant cette URL ainsi que tout le contenu du formulaire de collecte qui n’était pas personnalisable par Darty. Partant, le sous-traitant devrait être considéré, pour Darty, comme responsable de traitement.

La CNIL n’a pas suivi ce raisonnement. En effet, Darty et son sous-traitant s’étaient mis d’accord sur des moyens de traitement même si la création de l’URL mise en cause n’en faisait pas partie. Le seul fait qu’EPITCA ait ajouté un moyen de traitement non défini au contrat n’est pas un caractère suffisant pour considérer cette société comme responsable de traitement. Par son développement sur l’identification du responsable de traitement, la CNIL montre surtout qu’entre la détermination des finalités et des moyens, la détermination des finalités est décisive dans la qualification du responsable de traitement.

Or, concernant la détermination des finalités, le rôle de Darty est très clair. Quels que soient les moyens de traitement utilisés, ils se rattachent tous à un seul et même traitement, celui des données à caractère personnel des clients de Darty et avec une seule finalité, le suivi des demandes de service après-vente adressées à Darty. Le sous-traitant ne pourrait être lui-même responsable de traitement ou coresponsable que s’il traitait les données pour son compte ou pour d’autres finalités que celles définies par la société Darty. Mais ceci n’est pas le cas en l’espèce.

Pour la CNIL, Darty agit donc bien en tant que responsable de traitement. L’ajout d’un moyen de traitement sans que Darty ne l’ait demandé n’est pas suffisant pour inverser les rôles. Darty est donc tenue au respect des articles 34 et 35 de la loi de janvier 1978 modifiée, et donc d’assurer la sécurité des données dont le traitement est confié au sous-traitant.

II – Le responsable de traitement a violé l’obligation de sécurité prévue par les articles 34 et 35 de la loi du 6 janvier 1978 modifiée

Darty étant responsable de traitement, il lui revient d’assurer la sécurité des données personnelles qu’elle traite ou dont elle confie le traitement.

La violation des données personnelles étant liée à un développement non demandé au sous-traitant,  la question se posait de savoir si la responsabilité de Darty pouvait être engagée. La jurisprudence est néanmoins très claire sur ce point : « la circonstance que des opérations de traitement de données soient confiées à des sous-traitants ne décharge par le responsable de traitement de la responsabilité qui lui incombe de préserver la sécurité des données traitées pour son compte »[2]. Quand bien même certains développements n’avaient pas été demandés par Darty, cette dernière, en tant que responsable de traitement, devait vérifier que l’ensemble des développements réalisés par le sous-traitant permettait d’assurer la sécurité des données comme l’y oblige l’article 35 de loi du 6 janvier 1978 modifiée. Et si certains modules étaient considérés comme inutiles, Darty aurait dû les faire désactiver.

La CNIL relève par ailleurs que Darty a choisi un logiciel standard pour son besoin relatif au service après-vente. Or, la CNIL rappelle que lorsqu’un responsable de traitement a recours à un logiciel standard, il lui revient d’en vérifier la sécurité et les caractéristiques. Le défaut de sécurité en l’espèce étant facilement détectable, la CNIL considère que Darty n’a pas respecté cette obligation. La CNIL en profite pour rappeler à tous les responsables de traitement qui liront la délibération, que la bonne pratique en matière de sécurité est de vérifier « de façon régulière » les formulaires accessibles et permettant la collecte de données personnelles. La CNIL rappelle également une autre bonne pratique, qui revient à « désactiver les fonctionnalités ou modules d’un outil qui ne seraient pas utilisés ou pas nécessaires ». On peut relever que la CNIL ne s’arrête pas aux modules non utilisés mais va plus loin avec les modules qui ne seraient pas nécessaires. Ce faisant, la CNIL intègre le privacy by default, principe qui devient obligatoire le 25 mai 2018 avec l’entrée en application du RGPD et qui oblige les responsables de traitement à créer ou utiliser des outils de traitements qui ne réalisent par défaut que des traitements de données nécessaires et qui garantissant le plus haut niveau de protection. En laissant le module alors qu’il n’était pas nécessaire, en plus de violer l’article 34 sur la sécurité, Darty n’a pas respecté le privacy by default.

Enfin, la CNIL considère que Darty n’a pas veillé suffisamment à ce que, une fois signalée, la faille soit réparée au plus tôt. Darty a été informée de la violation par la CNIL le 6 mars. Elle a informé son prestataire le jour même. Mais la réparation n’a été effective que le 15 mars, à l’issue du second contrôle de la CNIL. Ce délai de 9 jours est trop long pour la CNIL. Darty aurait dû réaliser un suivi régulier de la résolution du litige alors qu’elle ne s’est tenue informée qu’une seule fois pendant ce délai de neuf jours. On comprend de la délibération que le suivi régulier, au regard de la faille, aurait dû être un suivi quotidien.

Mais malgré ce délai de réparation trop long, la CNIL relève que Darty a réagi rapidement en informant son sous-traitant le jour même et que la violation a cessé « dans un délai raisonnable ». Par ailleurs, la CNIL voit d’un bon œil l’audit que Darty a réalisé en août 2017 sur le nouvel outil de gestion. La mise en œuvre de cette bonne pratique tend en effet à montrer que Darty a bien intégré ce qui a pu lui être reproché.

La CNIL condamne donc Darty, en tenant compte de l’ensemble des circonstances, à une amende « proportionnée » d’un montant de 100 000 euros. Elle a par ailleurs souhaité la publication de sa décision « au regard du contexte actuel dans lequel se multiplient les incidents de sécurité et de la nécessité de sensibiliser les internautes quant au risque pesant sur la sécurité de leurs données ».

Au regard de cette décision deux points semblent pouvoir être soulignés. La rigueur de la CNIL tout d’abord dans le contrôle de la relation responsable de traitement/sous-traitant. Le responsable de traitement aura bien du mal à se protéger derrière l’action d’un sous-traitant dès lors que les finalités du traitement concerné par la violation sont des finalités gérées pour le compte du responsable. Même si le sous-traitant n’a pas respecté le cahier des charges, le responsable de traitement est mis en cause car il lui revient de veiller à l’ensemble des mesures mises en place par le sous-traitant pour son compte. On ne saurait donc trop conseiller à tout responsable de traitement de prévoir au sein des contrats les liant avec leurs sous-traitants une clause d’audit permettant de s’assurer que la sécurité des données est respectée. Avec le RGPD, si la responsabilité du sous-traitant pourra plus facilement être engagée, cela ne dédouanera pas nécessairement le responsable de traitement qui pourra se voir infliger une sanction bien supérieure à 100 000 euros.

Le second point à souligner concerne justement le montant de la sanction. Après Hertz condamné à 40 000 euros cet été, également pour une faute d’un sous-traitant, les 100 000 euros de condamnation de Darty apparaissent comme une mise en garde pour les responsables de traitement. Alors que Darty a réagi dans un délai inférieur à 10 jours, que les données objet de la violation n’étaient pas des données sensibles, et que la CNIL souligne la bonne collaboration de Darty, elle inflige néanmoins une amende somme toute assez élevée, proche de l’ancien montant maximum de 150 000 euros (mais éloigné du montant maximum actuel qui est de 3 millions d’euros). Tout comme la publication de la décision permet de sensibiliser les personnes concernées, ce montant est un avertissement pour les responsables de traitement. La CNIL n’hésitera pas, progressivement, à sanctionner de plus en plus fortement une violation de données. Pour mémoire, à compter du 25 mai 2018, l’amende pourra atteindre, selon les cas, 10 ou 20 millions d’euros, 2% ou 4% du chiffre d’affaires annuel.

Pascal ALIX, avocat et DPO externe

Hubert de SEGONZAC, avocat et DPO externe

[1] CE, 11 mars 2015, Sté Total raffinage marketing et société X.

[2] Délibération n°SAN-2018-001 du 8 janvier 2018 prononçant une sanction pécuniaire à l’encontre de la société Etablissements Darty et Fils

Lire la suite

Juillet 2017 : le cabinet VIRTUALEGIS pour la deuxième fois consécutive dans le classement de la revue « DECIDEURS »des meilleurs cabinets d’avocats français dans la catégorie « Nouvelles technologies – Données personnelles », dans la rubrique « Forte Notoriété -1″.

Lire la suite

16 juin 2017 : RSSIA 2017 (conférence Cyber-sécurité) à Bordeaux : RGPD, cybersécurité, IoT, blockchains, confiance numérique | Intervention : « DPO un nouveau métier »

Lire la suite

Août 2016 : le cabinet VIRTUALEGIS intègre le classement de la revue « DECIDEURS » des meilleurs cabinets d’avocats français dans la catégorie « Nouvelles technologies – Données personnelles » , dans la rubrique « Forte Notoriété -1″

Lire la suite

2 février 2016 : Conférence JINOV/Le Monde du Droit : Big data, « compliance » et données personnelles

Intervention sur la conformité (« compliance ») des projets big data au futur règlement européen sur les données à caractère personnel, aux côtés du professeur Célia Zolynski, de Christiane Féral Schuhl, ancien Bâtonnier de Paris et de François Pellegrini, Professeur des universités et membre de la CNIL.

Lire la suite

15 octobre 2015 : Le Big Data et la nécessité d’une approche pluridisciplinaire
Conférence ARISTOTE organisée par Pascal ALIX

Les projets Big Data sont confrontés à un droit mal outillé, voire inadapté pour les appréhender. Mais les principes qui ont présidé à l’élaboration de ces règles demeureront longtemps d’actualité. Il s’agit essentiellement de protéger l’homme contre lui-même ou contre les projets qui, quelles que soient leurs finalités, nuiraient à son identité, à ses libertés ou à des droits fondamentaux. Par ailleurs, le droit évolue. Il devient collaboratif, s’inscrit dans un contexte de responsabilisation (« accountability ») et de co-régulation.

Lire la suite